Réponses du quizz

1. VRAI : Les troubles de l’érection sont plus fréquents chez les diabétiques de type 2. L’âge étant une première explication, ils sont généralement présents chez des hommes de plus de 50 ans.

Le diabète atteint les artères indispensables à l’érection mais également les nerfs qui commandent ce mécanisme. Ces « pannes » peuvent être temporaires parfois plus durables, c’est pourquoi il faut en parler rapidement à son médecin car il existe des traitements.

2. VRAI : Il peut y avoir une diminution du désir et du plaisir, dû à un changement hormonal, un mauvais équilibre glycémique et une atteinte des nerfs sensitifs.

A la ménopause, une visite chez votre médecin ou votre gynécologue permettre de juger s’il est préférable ou pas de prendre un traitement hormonal substitutif.

3. VRAI: Il peut toucher les enfants à n’importe quel âge ; c’est principalement le diabète de type 1 (traité par insuline) mais un enfant peut être atteint d’un diabète de type 2 surtout si l’enfant présente un surpoids.

4. VRAI : Oui à partir du moment où il ne présente pas de complications et qu’il maîtrise bien son diabète (glycémie et traitement). Il a y a entre autre  joueurs professionnels diabétiques Pär Zetterberg

5. FAUX : Un diabète de type 2 est traité principalement par régime et médicaments (antidiabétiques oraux). L’insuline ne devient nécessaire que lorsque le diabétique ne répond plus correctement à son traitement oral.

6. VRAI : Avec le temps la membrane interne des artères se remplit de graisses et de cholestérol. Cela formera une plaque d’athérome et à long terme se développera l’athérosclérose.

Ces plaques d’athérosclérose peuvent se fissurer et favoriser la formation de caillots et donc entrainer une thrombose surtout si la personne présente souvent des hypoglycémies

7. VRAI : Une des fréquentes complications du diabète est la rétinopathie, qui est la première cause de cécité. Il existe plusieurs stades de rétinopathies, c’est pourquoi un dépistage systématique permet de les traiter au mieux et d’éviter les dégradations et donc la cécité.

8. VRAI : La neuropathie diabétique peut affecter le fonctionnement des reins et de tout le système urinaire.Celle-ci n’entraine jamais de manifestation au début de son apparition, et c’est souvent la présence de protéines dans les urines qui permet le diagnostic.

La neuropathie diabétique peut évoluer vers l’insuffisance rénale : fatigue, infections urinaires, œdème des membres inférieurs, hypertension artérielle,….

9. FAUX : C’est une des complications à long terme mais un bon équilibre glycémique ainsi qu’une bonne hygiène de vie permet de réduire ce risque. Ainsi que le fait d’être attentif à ses pieds et les inspecter quotidiennement car la sensibilité à la douleur est altéré et donc il y a un risque accru aux infections. Une plaie pourrait passer inaperçue et à long terme entrainé une amputation.

10. FAUX : Pas obligatoirement. Dans le diabète de type 2, le médecin peut proposer un traitement à l’insuline soit de manière temporaire soit de manière définitive. L’insuline devient nécessaire quand le pancréas de la personne diabétique de type 2 ne répond plus correctement à un traitement oral (souvent lorsque l’hémoglobine glycosylée est supérieur à 8%.

11. FAUX : Pratiquer un sport est très bénéfique après avoir pris l’avis du médecin et réaliser des tests de résistance physique, cela réduira le taux de glycémie et améliorera les capacités cardio-respiratoires. Le sport est un moyen de contrôle de la maladie.

12. FAUX : Le choix du sport devra être discuté avec le médecin car cela nécessite de bien connaître son diabète et son équilibre. Les sports à éviter (si pratiqué en solitaire) sont la plongée sous-marine, le parachutisme, le parapente, les sports automobiles de compétition ou de moto, le cyclisme de compétition, le squash, le ski alpin, le tennis et l’athlétisme. Le football et les sports d’équipe sont à discuter (joueurs de foot  et coureur cycliste célèbre, Pär Zerrerberg et Christophe Daloze).

13. FAUX : Dans la plupart des cas, le diabète gestationnel disparait après la naissance de l’enfant. Celui-ci devient problématique lorsqu’on ne le traite ou maîtrise pas correctement (modification style de vie, alimentation, activité physique,…).

14. FAUX : Une femme diabétique de type 2 peut parfaitement avoir des enfants mais elle devra préparer soigneusement sa grossesse minimum 2 ans afin d’avoir son diabète le plus équilibré possible avec ou sans insuline. Elle devra avoir des glycémies normales lors de la conception. Elle devra probablement être sous contrôle strict et peut être sous insuline 3 mois avant et pendant sa grossesse, c’est pour cela qu’il est important de préparer sa grossesse.

15. FAUX : A la naissance, le risque est quasi nul pour l’enfant ainsi que pendant l’enfance.

Par la suite, le risque est le même qu’une personne ayant des antécédents de diabète dans la famille ainsi que si elle présente un surpoids.

16. FAUX : Ce n’est pas une obligation, ceci fait partie de votre vie privée. Un employeur ne peut recruter qu’en fonction des compétences et/ou aptitudes au poste. Par contre, vous êtes obligé d’en avertir le médecin-conseil du centre de visite médicale qui lui est tenu au secret professionnel mais qui pourra juger si vous êtes apte ou pas à ce poste.

17. VRAI : En ayant connaissance des signes d’hypoglycémie ou d’hyperglycémies, vous pouvez l’aider à se sentir mieux voir même lui sauver la vie. La personne diabétique doit informer des mesures à prendre en cas de problème. (Injections à réaliser, appel médecin,…).

18. FAUX : Il n’y a aucun avantage pour l’employeur sauf si l’employé est reconnu comme travailleur handicapé. (tout en sachant que sauf si complications, le diabète n’est pas reconnu comme handicap). Mais il n’y a aucune obligation légale d’informer votre employeur de votre maladie.

19. VRAI : On peut toujours voyager nécessitant quelques précautions :

     a. être porteur d’une carte « JE SUIS DIABETIQUE » ainsi qu’avoir son matériel d’autocontrôle et son traitement sous la main

     b. avoir le formulaire E111 sur vous (mutuelle)

     c. avoir une assurance rapatriement

     d. avoir une ordonnance lisible ainsi que votre traitement en double (médicaments et insuline)

     e. avoir une trousse de secours (désinfectant, traitement contre la diarrhée et la fièvre,…)

     f. si décalage horaire, il faudra adapter le moment de la prise du traitement pour éviter les malaises.

     g. si voyage en avion ou en car pendant de longues heures, marchez un peu et buvez beaucoup d’eau.

     h. si activité physique, veillez à adapter le traitement

      i. faites attention aux chaussures et ne marchez jamais pieds nus sur le sable

20. FAUX : Certains métiers sont à éviter :

         · Pilotes de lignes

         · Conducteurs de transports en commun ou poids lourds (sauf si visite pour l’obtention du 

           permis spécial auprès du C.A.R.A et un médecin)

         · Marins

         · Armée

         · Charpentiers ou ardoisiers (car risque de malaise sur le toit)

21. VRAI : Votre médecin traitant ou diabétologue (selon le traitement) devra vous fournir un certificat d’aptitude pour le renouvellement de votre permis de conduire.
Celui-ci ne pourra excéder 5 ans.